Et si on pouvait se passer des urgences cardiologiques ?

Commençons par saluer le précieux travail des professionnels de ces unités de soins intensifs , les personnes qui en ont bénéficié le savent plus que tout. Mais si on pouvait  avoir moins recours aux urgences cardiologiques ?


En un clin d’œil

Partout, à travers le monde, on lutte contre les maladies cardiovasculaires, fléaux majeurs de nos sociétés. Pourtant, une réduction majeure de ces maladies (plus de 70%  des cas) est à portée de main, simplement. C’est ce que rapportent de nombreuses recherches, publiées dans les revues les plus prestigieuses, par des équipes de recherche renommées.

Certes, il n’est pas toujours si facile de cesser de fumer, conserver un poids normal, infléchir certaines habitudes alimentaires et faire de l’exercice physique. Mais des bénéfices substantiels ne sont, finalement, pas si difficiles à atteindre. En prendre connaissance peut permettre de gagner en motivation et en bien-être.

éviter les unités de soins intensifs

Photo Pixabay – SilasCamargo

 


Eviter 70 à 90% des cas

On aurait presque peine à croire les chiffres. 70 à 90% des infarctus du myocarde, AVC, insuffisances cardiaques  et morts subites cardiaques seraient évitables avec l’association : absence de tabac + alimentation favorable + poids normal + de l’activité physique. Ces données, une vingtaine de publications, proviennent d’équipes de chercheurs parmi les plus réputées dans le monde et sont publiées dans les journaux les plus prestigieux. Si ces recherches ont démarré en 2000, la moitié d’entre elles sont parues depuis 2014. Elles sont nord-américaines, européennes, asiatiques ou internationales. Chaque facteur de protection a sa propre influence favorable, mais leur cumul aboutit finalement à un effet très important.

Recherches mondiales

Photo Pixabay – geralt

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone