J'Équilibre - La nutrition de A à Z La nutrition de A à Z

Régime méditerranéen contre dépression – Biblio

Illustration

Photo Pixabay – Unsplash

Etudes expérimentales

Dans cette étude expérimentale sur 12 semaines, des personnes suivies pour dépression modérée à sévère participent en plus, soit à un programme d’amélioration nutritionnelle (type régime méditerranéen), soit à un programme d’activités sociales. Les participants au groupe « alimentation » améliorent leur adhésion au régime méditerranéen et leur score de dépression sur l’échelle de Montgomery-Asberg, en comparaison des participants au groupe « activité sociale ». A randomised controlled trial of dietary improvement for adults with major depression (the ‘SMILES’ trial). Jacka FN et coll, 2017. BMC Medicine. DOI 10.1186/s12916-017-0791-y. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28137247

Dans cette étude expérimentale, PREDIMED, le suivi d’un régime méditerranéen à dominante noix réduit la survenue de la dépression de 22% ; néanmoins cette baisse n’est significative que chez les diabétiques de type 2 (-41%). Mediterranean dietary pattern and depression: the PREDIMED randomized trial. Sánchez-Villegas A et coll. BMC Medicine 2013, 11:208. http://www.biomedcentral.com/1741-7015/11/208https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24229349

Dans une étude expérimentale sur 5 semaines chez des personnes obèses, un modèle de régime méditerranéen n’améliore pas les troubles de l’humeur et du sommeil, mais améliore des symptômes de vitalité et de fatigue. Adopting a Mediterranean-Style Eating Pattern with Different Amounts of Lean Unprocessed Red Meat Does Not Influence Short-Term Subjective Personal Well-Being in Adults with Overweight or Obesity. O’Connor LE et coll., 2018. The Journal of Nutrition, doi :10.1093/jn/nxy235. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30517731

Suivi de population

Dans ce suivi d’une population italienne, un régime riche en légumes, huile d’olive, graines, fruits, poisson, modéré en vin et en viande, est associé avec un score de dépression plus bas dans un suivi sur 9 ans. The association between dietary patterns derived by reduced rank regression and depressive symptoms over time: the Invecchiare in Chianti (InCHIANTI) study. Vermeulen E et coll, 2016. Br J Nutr, doi: 10.1017/S0007114516001318. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27080555

 Dans ce suivi d’une population française, une adhésion plus élevée au régime méditerranéen est liée à une plus faible survenue de symptômes dépressifs chez les hommes, mais pas chez les femmes. Prospective association between adherence to the Mediterranean diet and risk of depressive symptoms in the French SU.VI.MAX cohort. Adjibade M et coll, 2017. Eur J Nutr. doi: 10.1007/s00394-017-1405-3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28283824

Dans ce suivi d’adultes jeunes en Espagne, sur 10 ans, une bonne adhésion au régime méditerranéen est associée à une baisse de risque de dépression (-16%), pour le régime à tendance végétarienne le chiffre est de -26%, et pour un régime « santé », de 40%. Il existe un effet seuil : une adhésion modérée suffit, une forte adhésion n’apporte pas plus de bénéfices. En comparaison du régime méditerranéen, le régime santé tient compte en plus des boissons sucrées (à restreindre), et la comptabilisation des aliments y est plus précise. A longitudinal analysis of diet quality scores and the risk of incident depression in the SUN Project. Sánchez-Villegas A et al, 2015, BMC Medicine. DOI 10.1186/s12916-015-0428-y. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26377327

Dans ce suivi d’une population féminine en Australie, la consommation d’une alimentation type méditerranéenne est associée à une baisse de risque de la dépression nerveuse de 13%.  Mediterranean dietary pattern and prevalence and incidence of depressive symptoms in mid-aged women: results from a large community-based prospective study. Rienks J et coll, 2013. European Journal of Clinical Nutrition. doi:10.1038/ejcn.2012.193. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23212131

Dans ce suivi d’une population âgée de plus de 65 ans aux USA, l’adhésion au régime méditerranéen est associée à une diminution de survenue de symptômes dépressifs. Mediterranean Diet and Depressive Symptoms Among Older Adults Over Time. Skarupski KA et coll, J Nutr Health Aging, 2013, doi:10.1007/s12603-012-0437-x. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23636545

Dans ce suivi d’une population d’adultes jeunes en Espagne, sur 4 années et demie, une alimentation de type méditerranéen est inversement associée à la survenue de dépression nerveuse, de 40 à 50%. Les aliments plus particulièrement associés sont les fruits, les noix, une consommation élevée de graisses mono-insaturées par rapport aux graisses saturées. Association of the mediterranean dietary pattern with the incidence of depression. Sánchez-Villegas A et coll, 2009. Arch Gen Psychiatry. 2009;66(10):1090-1098.       https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19805699

Dans cette étude chez des enfants et adolescents espagnols, une adhésion plus élevée au régime méditerranéen est associée à une meilleure qualité de vie et un affect positif pour les enfants en école secondaire, et les garçons en primaire. Après un suivi de deux ans, cette bonne adhésion est liée avec moins d’affect négatif chez les enfants en études secondaires et plus d’affect positif chez les filles en secondaire et les garçons en primaire, après ajustements multiples. Diet quality and well-being in children and adolescents: the UP&DOWN longitudinal study. Esteban-Gonzalo L et coll., 2019. Br J Nutr, doi:10.1017/S0007114518003070. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30394237

Métanalyses

De cette analyse d’études sur régime méditerranéen et dépression, troubles cognitifs et AVC, les chercheurs relèvent qu’une bonne adhésion est associée à une baisse de survenue d’AVC (-30% comparé à une faible adhésion), de dépression (-32%), et de troubles cognitifs (-40%). Mediterranean diet, stroke, cognitive impairment, and depression: A meta-analysis. Psaltopoulou T et coll, 2013. Annals of Neurology, DOI: 10.1002/ana.23944.    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23720230

De cette analyse d’un ensemble d’études, les auteurs concluent qu’une forte comparée à une faible adhésion à une alimentation méditerranéenne est associée à une baisse de risque de 33%. Quant au régime inflammatoire, il serait associé à une diminution de 24% dans les mêmes conditions. Healthy dietary indices and risk of depressive outcomes: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Lassale C et coll., 2018. Healthy dietary indices and risk of depressive outcomes: a systematic review and meta-analysis of observational studies. Molecular Psychiatry, doi:10.1038/s41380-018-0237-8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30254236

Dans cette analyse d’un ensemble d’études, les auteurs déduisent que les troubles de l’humeur chez l’homme sont associés à une plus grande adhésion à un régime « western », déséquilibré. Chez les femmes, une augmentation du bien-être est associée à une plus grande consommation du régime méditerranéen. Les hommes semblent plus à même de se sentir bien sauf en présence de déficiences nutritionnelles, alors que les femmes sont moins à même de se sentir bien sauf en présence d’une bonne hygiène de vie et d’une alimentation équilibrée. Principal component analysis identifies differential gender-specific dietary patterns that may be linked to mental distress in human adults. Begdache L et coll., 2018. Nutritional Neuroscience, doi:10.1080/1028415X.2018.1500198. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30028276

Dans cette analyse d’un ensemble d’études, les auteurs retrouvent une association avec une alimentation favorable, de plus faibles niveaux de dépression ou une meilleure santé mentale. Inversement un régime défavorable est associé à la dépression ou à des troubles de santé mentale. Is there an association between diet and depression in children and adolescents? A systematic review. Khalid S et coll., 2017. Br J Nutr, doi:10.1017/S0007114516004359. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28093091

Mai 2017, mis à jour en Avril 2019

Des conseils nutrition et santé

en avant première, en vous inscrivant à la newsletter