Café contre maladies cardiovasculaires

Ensemble des maladies cardiovasculaires

De cette analyse d’un ensemble d’études, les auteurs indiquent que le risque cardiovasculaire est moindre pour 3 à 5 tasses par jour, et qu’une consommation très importante n’est pas associée à une augmentation de survenue des maladies cardiovasculaires. Long-term coffee consumption and risk of cardiovascular disease: a systematic review and a dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. Ding M et coll, 2014. Circulation, doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.113.005925. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24201300

Dans ce suivi de plus de 45000 hommes aux USA, sur 2 ans, la consommation de café ou de caféine n’est pas associée à la survenue des maladies coronariennes et des AVC. Coffee, caffeine, and cardiovascular disease in men. Grobbee DE et col, 1990. N Engl J Med.323(15):1026-32. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2215561

Dans ce suivi de 1204 personnes hypertendues, sur plus de 12 ans, les maladies cardiovasculaires sont associées à la consommation de café, quand elle est élevée (au moins 4 tasses). Coffee consumption and risk of cardiovascular events in hypertensive patients. Results from the HARVEST. Palatini P et coll, 2016. Int J Cardiol, doi: 10.1016/j.ijcard.2016.03.006. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27038718

Photo Pixabay – Pexels

Hypertension artérielle

De ce suivi de femmes aux USA sur plusieurs années, les auteurs déduisent que la consommation de café, caféiné ou non, n’est pas associée à la survenue de l’hypertension artérielle. Coffee and caffeine consumption and the risk of hypertension in postmenopausal women. Rhee JJ et coll, 2016. Am J Clin Nutr, doi:10.3945/ajcn.115.120147. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26657046

Insuffisance cardiaque

De cette analyse d’un ensemble d’études, les auteurs relèvent que la survenue de l’insuffisance cardiaque est la plus faible pour 4 tasses de café par jour, selon une « courbe en J ». Habitual coffee consumption and risk of heart failure: a dose-response meta-analysis. Mostofsky E et coll, 2012. Circ Heart Fail, doi: 10.1161/CIRCHEARTFAILURE.112.967299. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22740040

Troubles du rythme

Dans cette étude expérimentale chez des patients atteints d’insuffisance cardiaque, recevant du café décaféiné, additionné ou non 500 mg de caféine, sur  5 heures, il n’y a pas de différence de troubles du rythme (ventriculaire et supraventriculaire) entre sessions caféinées et non caféinées. Short-term Effects of High-Dose Caffeine on Cardiac Arrhythmias in Patients With Heart Failure. A Randomized Clinical Trial. Zuchinali P et coll, 2016. JAMA Intern Med, doi:10.1001/jamainternmed.2016.6374 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27749954

Photo Pixabay – Myriams-Fotos

 

Dans cette étude d’observation, la prise d’aliments caféinés n’est pas associée à la survenue de troubles de la conduction (ectopies ventriculaires et atriales). Consumption of Caffeinated Products and Cardiac Ectopy. Dixit S et coll, 2016. J Am Heart Assoc, doi: 10.1161/JAHA.115.002503. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26813889

Dans ce suivi de plus de 75000 Suédois, il n’y a pas d’association entre la consommation de café et la survenue de fibrillation atriale. Coffee consumption is not associated with increased risk of atrial fibrillation: results from two prospective cohorts and a meta-analysis. Larsson SC et coll, 2015. BMC Med, doi: 10.1186/s12916-015-0447-8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26394673

Mortalité

Dans ce suivi de plus de 520000 Européens, sur plus de 16 ans, une consommation élevée de café (au moins 4 tasses) est associée à une baisse de la mortalité générale, et plus particulièrement par maladies du foie, circulatoires et par AVC. Coffee Drinking and Mortality in 10 European Countries: A Multinational Cohort Study. Gunter MJ et coll, 2017. Annals of Internal Medicine, DOI: 10.7326/M16-2945. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28693038

Dans ce suivi d’Américains d’origines ethniques différentes, sur plus de 16 ans, la consommation de café, caféiné ou non, est associée à une baisse de la mortalité, notamment pour au moins 4 tasses par jour. La baisse de mortalité concerne les maladies cardiaques, AVC, cancers, maladies respiratoires, diabète et maladies rénales. Association of Coffee Consumption With Total and Cause-Specific Mortality Among Nonwhite Populations. Park SY et coll, 2017. Annals of Internal Medicine, DOI: 10.7326/M16-2472. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28693036

Photo Pixabay – skeeze

Sept 2017 © VDLG

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone