Noix et longévité

Analyses d’études

Dans cette analyse d’études, la consommation de noix est associée à une baisse de la mortalité générale, de 19% entre consommations extrêmes dans la population ; dans le  mêmes conditions, de 27%  pour la mortalité cardiovasculaire, 30% pour la mortalité coronarienne, 17% pour la mortalité par AVC. A systematic review and meta-analysis of nut consumption and incident risk of CVD and all-cause mortality. Mayhew AJ et coll, 2016. Br J Nutr doi:10.1017/S0007114515004316. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26548503

Dans cette analyse d’études, les auteurs relèvent que la prise de 28 g/j de noix dans leur ensemble, y compris les cacahuètes, est associée à une réduction de 22% de la mortalité toutes causes, 29% pour les maladies coronariennes, 7% pour les AVC, 21% pour les maladies cardiovasculaires, 15% des cancers, 52% pour la mortalité respiratoire, 39% liée au diabète, 35% liée aux maladies neurodégénératives, 75% liée aux maladies infectieuses, 73% pour les maladies rénales. Si ces relations sont réellement causales, 4,4 millions de morts prématurées en Amérique, Europe, Asie du Sud-Est, Pacifique Ouest pourraient être attribuées à une consommation de noix inférieure à 20 g en 2013. Les nutriments potentiellement impliqués sont les graisses polyinsaturées, les fibres, la vitamine E, le potassium, le magnésium et autres composes végétaux. Nut consumption and risk of cardiovascular disease, total cancer, all-cause and cause specific mortality: a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. Aune D et coll, 2016. BMC Medicine, DOI 10.1186/s12916-016-0730-3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27916000

Dans cette analyse d’étude sur groupes d’aliments et mortalité générale, les aliments orientés sur une protection sont : les noix, associées à une baisse de risque de 24% pour une portion par jour ; le poisson, 7% ; les fruits, 6% ; les légumes, 4% les céréales complètes, 8%. Au contraire des consommations élevées de viande rouge et de charcuteries sont associées à une aggravation. Food groups and risk of all-cause mortality: a systematic review and meta-analysis of prospective studies. Schwingshackl L et coll, 2017. Am J Clin Nutr, doi: 10.3945/ajcn.117.153148. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28446499

Photo Pixabay – messager 1708

Etudes de suivi

Dans ce suivi d’hommes aux USA, la prise de 5 portions par semaine de noix au moins est associée à une baisse de la mortalité de 26%, en comparaison de moins d’une fois par mois. Nut consumption and risk of mortality in the Physicians’ Health Study. Hshieh TT et coll, 2015. Am J Clin Nutr doi: 10.3945/ajcn.114.099846. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25646339

Dans ce suivi d’une large population aux USA,  la consommation de noix est associée à une baisse de mortalité générale, de 20% pour au moins une fois (28 g par fois) par semaine, en comparaison d’une non-consommation. La baisse est significative pour les maladies cardiovasculaires, du cœur précisément, et respiratoires. Association of Nut Consumption with Total and Cause-Specific Mortality. Bao Y et coll, 2013. N Engl J Med 2013 DOI: 10.1056/NEJMoa1307352. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24256379

Dans cette revue d’étude sur noix et baisse de la mortalité, les auteurs relèvent qu’une portion de noix par semaine est associée à une baisse de mortalité de 4%, et une par jour, de 27%. Cette baisse est surtout liée à maladies coronariennes (type infarctus).Un effet sur les cancers est aussi observé. Bien que de nombreux biais potentiels aient été pris en compte (poids, tabac…), on ne peut exclure de facteurs confondants. Nut consumption on all-cause, cardiovascular, and cancer mortality risk: a systematic review and meta-analysis of epidemiologic studies. Grosso G et coll, 2015. Am J Clin Nutr doi: 10.3945/ajcn.114.099515. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25833976

Photo Pixabay – jackmac34

Dans ce suivi de populations nord-américaines et chinoises, la consommation de noix dont cacahuètes est associée à une baisse de la mortalité dans chacune des populations étudiées, notamment par la mortalité cardiovasculaire, coronarienne et en Asie, par AVC. Prospective Evaluation of the Association of Nut/Peanut Consumption With Total and Cause-Specific Mortality. Luu NL et col, 2015. JAMA Intern Med. doi:10.1001/jamainternmed.2014.8347. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25730101

Dans ce suivi d’une population espagnole à risque cardiovasculaire élevé, la consommation de plus de 3 portions (de 28 g chaque) de noix par semaine réduit la mortalité de 39% en comparaison d’une non-consommation, réduction par baisse de maladies cardiovasculaires et cancers. Frequency of nut consumption and mortality risk in the PREDIMED nutrition intervention trial. Guasch-Ferré M et coll, 2013. BMC Med, http://www.biomedcentral.com/1741-7015/11/164.

Dans ce suivi d’une population australienne, la consommation de noix est associée à une baisse de risque de mortalité générale. Consumption of nuts and risk of total and cause-specific mortality over 15 years. Gopinath B et coll, 2015. Nutr Metab Cardiovasc Dis doi: 10.1016/j.numecd.2015.09.006. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26607701

Photo Pixabay – sunnysun0804

Dans ce suivi d’une population italienne, une consommation de noix au moins 8 fois par mois est associée à une baisse de risque de mortalité de 43%, en comparaison des personnes qui n’en consomment jamais. La protection est aussi forte chez des personnes à risque (diabétiques, obèses, fumeurs) que chez celles à faible risque. Elle est plus élevée chez ceux qui adhèrent peu au régime méditerranéen (baisse de 53%). Nut consumption is inversely associated with both cancer and total mortality in a Mediterranean population: prospective results from the Moli-sani study. Bonaccio M et coll, 2015. British Journal of Nutrition doi:10.1017/S0007114515002378 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26313936

 

Nov 2017 © VDLG

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone