Fruits et légumes contre le cancer de l’ovaire

Dans cette étude chez des femmes chinoises, la consommation de fruits et légumes est associée à une baisse de risque du cancer ovarien épithélial. Fruit and vegetable consumption associated with reduced risk of epithelial ovarian cancer in southern Chinese women. Tang l et coll, 2014. Gynecol Oncol. doi: 10.1016/j.ygyno.2013.10.020. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24183727

Selon cette revue d’études, la consommation de soja est associée à une baisse de risque des cancers gynécologiques dont le cancer ovarien. Soy intake and risk of endocrine-related gynaecological cancer: a meta-analysis. Myung SK et coll, 2009. BJOG, 116(13):1697-705. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19775307

Selon cette revue d’études prospectives, les relations entre fruits et légumes et cancer ovarien ne sont pas démontrées. Dietary intake and ovarian cancer risk: a systematic review. Crane TE et coll, 2014. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev, doi: 10.1158/1055-9965.EPI-13-0515. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24142805

Dans ce suivi de femmes suédoises, la consommation de légumes mais pas de fruits, est liée à une baisse de risque de survenue du cancer de l’ovaire. Fruit and vegetable consumption in relation to ovarian cancer incidence: the Swedish Mammography Cohort. Larsson SC et coll, 2004. Br J Cancer. 2004 90:2167-70. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15150575

Dans ce suivi d’une population aux USA, les auteurs ne retrouvent pas de lien entre consommation de flavonoïdes et cancer de l’ovaire. Dietary intake of selected flavonols, flavones, and flavonoid-rich foods and risk of cancer in middle-aged and older women. Wang L et coll, 2009. Am J Clin Nutr, doi: 10.3945/ajcn.2008.26913. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19158208

Dans ce suivi d’une population féminine aux USA, la consommation d’antioxydants végétaux de type kaempférol et lutéoline sont associés à une baisse de risque du cancer ovarien, de même que la consommation de thé et de brocolis. Le kaempférol est apporté principalement par le thé, les brocolis et les choux. La lutéoline par les poivrons, carottes, choux, persil. A prospective study of dietary flavonoid intake and incidence of epithelial ovarian cancer. Gates MA et coll, 2007. Int J Cancer, 121 : 2225–2232. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17471564

Dans ce suivi d’une population de femmes aux USA, la consommation d’antioxydants végétaux, les flavonols et les flavanones, est associée à une légère baisse de risque de cancer ovarien, et l’association est plus forte avec les flavanones pour les tumeurs graves. Les flavonols proviennent essentiellement des pommes, des oignons, du thé noir, et les flavanones des agrumes. Le thé noir est associé à une baisse de risque. Intake of dietary flavonoids and risk of epithelial ovarian cancer. Cassidy A et coll, 2014. Am J Clin Nutr, doi: 10.3945/ajcn.114.088708. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25332332

Dans ce suivi de femmes atteintes d’une cancer de l’ovaire, la consommation de légumes en général et de crucifères en particulier est associée à une meilleure survie. Dietary influences on survival after ovarian cancer. Nagle CM et coll, 2003. Int J Cancer, 106:264-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12800204

Dans ce suivi de femmes atteintes d’une cancer de l’ovaire, la consommation de légumes à feuilles vertes mesurée avant le diagnostic est associée à une meilleure survie. Pre-diagnosis diet and survival after a diagnosis of ovarian cancer. Playdon MC et coll, 2017. Br J Cancer, doi: 10.1038/bjc.2017.120. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28463959

Partagez avec vos amis...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone