Statines, maladies cardiovasculaires… et hygiène de vie

Un rapport récent de l’Académie Nationale de Médecine a fait un point sur « Efficacité et effets indésirables des statines : évidences et polémiques ».
  • Il rappelle l’efficacité des statines, avec l’évitement de 14% des accidents cardiovasculaires chez des personnes traitées à très haut risque, pour une baisse de 0,77 g/l de cholestérol LDL-c.
  • Il questionne l’intérêt de ce traitement chez les personnes à faible risque, et indique que chez celles à risque intermédiaire, la décision est à prendre au cas par cas, conformément aux recommandations internationales.
  • Il alerte sur les risques importants d’interrompre ce traitement chez les patients qui ont déjà eu un accident cardiovasculaire majeur et également, dans une moindre mesure, en cas de risque cardiovasculaire intermédiaire.

Photo Pixabay – Myriams-Fotos

Le risque ici s’apprécie par un calcul à partir de l’outil SCORE, combinaison : du tabagisme (ou pas), du taux de cholestérol total, du niveau de la pression artérielle systolique, de l’âge et du sexe.

Tous les moyens reconnus comme bénéfiques et correctement évalués sont bons pour éviter les maladies cardiovasculaires.

Il est important de remettre aussi en perspective l’importance majeure de l’hygiène de vie dans la prévention de ces maladies, d’impact très élevé.
  • Baisse de survenue de 30% des maladies cardiovasculaires dans une étude expérimentale en Espagne, chez des personnes à risque cardiovasculaire élevé par la consommation d’une alimentation méditerranéenne riche en huile d’olive. Ce comparé à un régime restreint en graisses.
  • Dans une étude expérimentale française, chez des personnes ayant eu un premier infarctus, un régime méditerranéen riche en oméga 3 végétal ALA réduit la survenue d’infarctus et la mortalité cardiaque de 73%.
  • Diminution de risque de 46% pour les événements coronariens chez des personnes génétiquement prédisposées, grâce à une bonne hygiène de vie, comparée à l’absence de  ce mode de vie protecteur. La bonne hygiène de vie se définit par 3 critères parmi : 1- pas de tabagisme, 2- pas d’obésité, 3- activité physique régulière et 4-alimentation favorable).

Photo Pixabay – pasja1000

  • Les chercheurs de la Harvard School of Public Health et leurs collègues évaluent, quant à eux, à 73% les cas de maladies coronariennes liés à un style de vie défavorable (tabagisme, surpoids/obésité, sédentarité, alimentation déséquilibrée, consommation d’alcool excessive ou nulle), au sein d’une population féminine aux USA. (suivi de population).
  • En Suède, dans une population masculine présentant des facteurs de risque cardiovasculaires, 5 facteurs d’hygiène de vie sont hautement protecteurs contre les accidents vasculaires cérébraux. Ceux qui ont les 5 facteurs de protections, comparés à un seul ou aucun, abaissent leur risque d’AVC de 78%. Ces 4 facteurs sont : 1- une alimentation favorable, avec au moins 5 fruits et légumes par jour et moins de 30 g de charcuteries, 2- pas de tabagisme, 3- 150 mn par semaine d’activité physique, 4- un poids normal, 5- une faible consommation d’alcool (entre 1 et 30 g par jour). (suivi de population).
Les aliments contre les maladies cardiovasculaires

Photo Pixabay – Cattalin

Pour n’en citer que quelques exemples…

Certes les études expérimentales en alimentation et santé ne peuvent être réalisées en double aveugle, puisqu’on ne peut mettre un régime alimentaire dans une gélule ; et les études de suivi de population (prospectives) sont, par essence, sujettes à biais. Mais l’impact du mode vie sur les maladies cardiovasculaires fait l’objet de très nombreuses publications internationales convergentes, issues d’équipes de recherche parmi les plus reconnues. Et leurs effets protecteurs sont, immanquablement, de grande ampleur.

Les débats sur maladies cardiovasculaires et statines, même s’ils sont  importants, ne doivent pas éclipser les bénéfices d’une bonne hygiène de vie contre ces maladies.

Ces bienfaits ne sont pas encore suffisamment intégrés dans la population, qui dans l’ensemble sous-estime leur importance. Une priorité est bien de les réexpliciter.

Photo Pixabay – suju

Références

Efficacité et effets indésirables des statines : évidences et polémiques. Komadja M et coll. Rapport de l’Académie Nationale de Médecine, adopté le 22 Mai 2018. http://www.academie-medecine.fr/efficacite-et-effets-indesirables-des-statines-evidences-et-polemiques/

Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. Estruch R et coll, 2013. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMoa1200303. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23432189

Mediterranean alpha-linolenic acid-rich diet in secondary prevention of coronary heart disease. de Lorgeril M et coll, 1994. Lancet, 343:1454-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7911176

Genetic Risk, Adherence to a Healthy Lifestyle, and Coronary Disease. Khera AV et coll, 2016. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMoa1605086. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27959714

Healthy Lifestyle in the Primordial Prevention of Cardiovascular Disease Among Young Women. Chomistek AK et coll, 2015. J Am Coll Cardiol. DOI : 10.1016/j.jacc.2014.10.024. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25572509

Primary prevention of stroke by a healthy lifestyle in a high-risk group. Larsson SC et coll, 2015. Neurology, doi: 10.1212/WNL.0000000000001637. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25934859

© VDLG Juin 2018

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone