Les protéines animales : oeufs, laits, produits carnés

Les enfants mangent-ils vraiment trop de viande et de produits laitiers ?

En un clin d’œil

Un récent rapport appelle à réduire les protéines de sources animales (carnées, laitières…) chez les enfants, au motif que la consommation en protéines est excessive et pourrait générer de l’obésité. Ces sources alimentaires animales doivent-elles vraiment être réduites, voire écartées ? Certes, un excès de viande rouge, de charcuteries et de graisses saturées est défavorable à la santé, en opposition à une prise élevée de fruits, légumes et légumineuses, huiles végétales insaturées.

Ceci étant, le dépassement des recommandations en protéines est très courant et en réalité sans conséquences défavorables. Surtout, les aliments d’origine animale apportent des nutriments indispensables que l’on ne trouve peu ou pas dans les sources végétales : iode, calcium, zinc, fer de bonne biodisponibilité, vitamines B12, D, oméga-3 type marin.

Des déficits en ces nutriments, notamment en cas de régime végan, peuvent en outre être associés à des troubles du développement des fonctions intellectuelles chez l’enfant ou au vieillissement cérébral chez l’adulte, voire même de la dépression.

Il existe donc une marge pour la réduction de sources alimentaires animales, surtout riches en graisses saturées ; mais cette réduction ne doit pas être faite au détriment de la couverture en nutriments essentiels, et doit donc être modérée.

Le régime lacto-ovo-végétarien, un des régimes végétariens

Photo Pixabay-dubajjo


Faut-il restreindre la consommation des protéines animales dans les cantines ?

Un récent rapport de Greenpeace appelle à réduire la consommation de protéines animales, viande et produits laitiers dans les cantines scolaires, au motif que leur consommation par les enfants français est déjà excessive. Et que cette consommation excessive en protéines favoriserait l’obésité. Ce rapport a le mérite de promouvoir les sources végétales, que nous traduirons idéalement en fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes et huiles végétales, dont la consommation fléchit fâcheusement chez les enfants (notamment).

Le rapport promeut aussi les sources végétales aux dépens des sources animales, jusqu’à valoriser le régime végan qui est pourtant clairement dépourvu de nutriments importants.

Finalement, les sources animales, viande, poissons, œufs et produits laitiers doivent-elles être restreintes, voire écartées ?

Photo Pixabay – vika-imperia550

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone