Régime méditerranéen contre maladies cardiovasculaires

Observation historique

En comparant les populations de 7 pays suivies dans les années 50 et 60, les auteurs constatent qu’autour de la Méditerranée la mortalité est plus faible ; ces pays se distinguent par des consommations d’huile d’olive, de fruits et légumes qui sont associées à une mortalité plus basse, notamment cardiovasculaire, ouvrant l’hypothèse d’un régime protecteur. The diet and 15-year death rate in the seven countries study. Keys A et coll, 1986, Am J Epidemiol, 124(6):903-15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3776973

Etudes expérimentales

 Dans cette étude expérimentale chez des personnes après un premier infarctus du myocarde, un régime de type méditerranéen, sur 27 mois, réduit la mortalité cardiaque et la récidive d’infarctus (de 73%), et la mortalité générale (de 70%), en comparaison du régime standard alors recommandé. Composition de ce régime type méditerranéen : davantage de pain et de céréales, de fruits et légumes frais, de légumineuses, de poisson, moins de charcuteries, de viande rouge (à remplacer par des volailles), pas de beurre et de crème ; les matières grasses recommandées sont l’huile de colza et d’olive. Une prise de vin modérée est autorisée. Etude réalisée en France à Lyon. Mediterranean alpha-linolenic acid-rich diet in secondary prevention of coronary heart disease. de Lorgeril M et coll, 1994. Lancet, 343(8911):1454-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7911176

Au terme du suivi total de l’étude expérimentale de Lyon, sur près de 4 ans en moyenne, chez les personnes qui étaient assignées au régime méditerranéen, la survenue des infarctus et de la mortalité cardiaque est réduite de 77%, celle des maladies cardiovasculaires et leur mortalité, de 70%, par rapport au régime standard. Mediterranean Diet, Traditional Risk Factors, and the Rate of Cardiovascular Complications After Myocardial Infarction Final Report of the Lyon Diet Heart Study. de Lorgeril M et coll, 1999, Circulation. 1999;99(6):779-85. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9989963

Dans cette étude expérimentale chez des personnes à risque de maladies cardiovasculaires élevé, mais qui n’en ont jamais eu, l’adhésion élevée à un régime de type méditerranéen à dominante huile d’olive, ou à dominante noix, réduit la survenue d’infarctus et AVC et mortalité cardiovasculaire de 30 et 28% respectivement. Notons qu’à la base l’adhésion à ce régime était déjà importante. Pour ce régime méditerranéen, étaient recommandés, légumes, notamment salades et crudités, huile d’olive, poissons et fruits de mer, légumineuses, fruits, noix et graines, céréales complètes, ail et oignons, herbes aromatiques, tomates en cuisson, prise de viande blanche à la place de la viande rouge qui doit être limitée. Pouvaient être consommés librement, les œufs, fromages maigres, chocolat noir contenant au moins 50% de cacao. Au contraire, beurre, margarine, crème, viande froide, pâté, boissons sucrées et carbonatées, pâtisseries, viennoiseries et desserts industriels, frites chips et bonbons étaient écartés. Etude PREDIMED réalisée en Espagne. Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. Estruch R et coll, N Engl J Med 2013. DOI: 10.1056/NEJMoa1200303.  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23944307

Dans cette étude expérimentale, le régime méditerranéen annuel le risque génétique d’AVC associé à une forme défavorable (TT) du gène TCF7LC. Mediterranean Diet Reduces the Adverse Effect of the TCF7L2-rs7903146 Polymorphism on Cardiovascular Risk Factors and Stroke Incidence A randomized controlled trial in a high-cardiovascular-risk population. Corella D et coll, 2013. Diabetes Care, 36:3803–3811. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23942586

Dans cette étude expérimentale, le régime méditerranéen améliore la glycémie, la pression artérielle, le cholestérol, et des marqueurs d’inflammation. Effects of a Mediterranean-style diet on cardiovascular risk factors: a randomized trial. Estruch R et coll, 2006. Ann Intern Med, 145(1):1-11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16818923

Dans cette étude expérimentale après un an, le régime méditerranéen  améliore la capacité du cholestérol HDL à contrer les effets néfastes du cholestérol sanguin (épuration, effet antioxydant, amélioration de la circulation). Mediterranean Diet Improves High-Density Lipoprotein Function in High-Cardiovascular-Risk Individuals. A Randomized Controlled Trial. Hernáez A et coll, 2017. Circulation, doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.116.023712. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28193797

Dans cette étude expérimentale, le régime méditerranéen réduit, après 3 mois, le « mauvais » cholestérol, et son oxydation. Effect of a Traditional Mediterranean Diet on Lipoprotein Oxidation A Randomized Controlled Trial. Fito M et coll, Arch Intern Med. 2007;167:1195-1203. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17563030

Etudes de suivi

Dans ce suivi d’une population internationale, qui présente une maladie coronarienne, un score élevé de régime méditerranéen basé sur la consommation de céréales complètes, fruits, légumes, légumineuses, poisson et alcool, est associé à la baisse de survenue d’évènements cardiovasculaires majeurs. Chaque point du score (à partir de 12 points, sur un total de 28) est associé à une diminution de 5% de ces évènements. Dietary patterns and the risk of major adverse cardiovascular events in a global study of high-risk patients with stable coronary heart disease. Stewart RAH et coll, Eur Heart J, 2016. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27109584

Dans ce suivi de femmes suédoises sur 10 ans, une adhésion élevée à un score type méditerranéen est associée à une baisse de risque d’infarctus du myocarde de 26%, d’insuffisance cardiaque de 21%, et d’AVC ischémique de 22%, en comparaison d’une faible adhésion. A Mediterranean diet and risk of myocardial infarction, heart failure and stroke: A population-based cohort study. Tektonidis TG et coll, 2015. Atherosclerosis. doi: 10.1016/j.atherosclerosis.2015.08.039. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26363438

Dans ce suivi de près de 24000 personnes au Royaume-Uni, une bonne adhésion au régime méditerranéen est associée à une baisse de risque de maladies cardiovasculaires. Prospective association of the Mediterranean diet with cardiovascular disease incidence and mortality and its population impact in a non-Mediterranean population: the EPIC-Norfolk study. Tong TYN et coll, BMC Medicine 2016, DOI 10.1186/s12916-016-0677-4.  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27679997

Dans ce suivi d’une population grecque sur 10 ans, chaque point supplémentaire d’un score de régime méditerranéen qui en compte 55 est associé à une réduction de la survenue de maladies cardiovasculaires, mortelles ou non, de 2%. Ten-year (2002-2012) cardiovascular disease incidence and all-cause mortality, in urban Greek population: the ATTICA Study. Panagiotakos DB et coll, 2015, Int J Cardiol, doi: 10.1016/j.ijcard.2014.11.206.  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25463360

Chez des femmes américaines suivies plus de 10 ans, une meilleure adhésion à un régime méditerranéen est associée à une réduction du risque de mort subite cardiaque de 36%, en comparaison d’une faible adhésion. Mediterranean and Dietary Approaches to Stop Hypertension dietary patterns and risk of sudden cardiac death in postmenopausal women. Bertoia ML et coll, Am J Clin Nutr. 2014. 10.3945/ajcn.112.056135. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24351877

Chez des femmes américaines suivies 26 ans, une bonne adhésion à un régime type méditerranéen (être dans le top 40%) + absence de tabagisme + indice de masse corporel inférieur à 25 + au moins 30 minutes d’exercice physique par jour, réduit le risque de mort subite cardiaque de 92% par rapport aux femmes qui sont dans la situation opposée. Adherence to a Low-Risk, Healthy Lifestyle and Risk of Sudden Cardiac Death Among Women. Chiuve JAMA 2011. doi: 10.1001/jama.2011.907. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21730242

Dans ce suivi de Néerlandais sur 10 à 15 ans, une adhésion supplémentaire de 2 points (sur une échelle de 9) à un régime type méditerranéen est associée à une baisse de maladies  cardiovasculaires mortelles de 22%, d’infarctus du myocarde de 14%, d’AVC de 12%, et d’embolie pulmonaire de 26%. Mediterranean Style Diet and 12-Year Incidence of Cardiovascular Diseases: The EPIC-NL Cohort Study. Hoevenaar-Blom MP et coll, 2012. PLoS One, doi: 10.1371/journal.pone.0045458. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23029021

Dans ce suivi d’une population de patients en Grèce qui ont eu un infarctus du myocarde, un score supplémentaire de 2 points de régime méditerranéen (sur un total de 10) est associé à une baisse de mortalité totale de 27% et 31% pour la mortalité cardiaque. Mediterranean diet and survival among patients with coronary heart disease in Greece. Trichopoulou A et coll, Arch Intern Med. 2005;165:929-935. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15851646

Dans ce suivi d’Iraniens âgés de plus de 35 ans, sur 9 ans, l’adhésion élevée au régime méditerranéen est associée à une diminution de la mortalité cardiovasculaire de 58%, en comparaison à une faible adhésion, en tenant compte des facteurs confondants. Dietary patterns and mortality from cardiovascular disease: Isfahan Cohort Study, Mohammadifard  N et coll, 2017, Eur J Clin Nutr, doi:10.1038/ejcn.2016.170. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27759064

Après un infarctus du myocarde, une prise plus importante de fruits et légumes + poisson + huile d’olive est associée à une diminution de la mortalité de 49%, observation réalisée sur 6 ans et demi. Mediterranean diet and all-causes mortality after myocardial infarction: results from the GISSI Prevenzione trial. Barzi F et coll, 2003. European Journal of Clinical Nutrition. doi:10.1038/sj.ejcn.1601575 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12700623

Mai 2017 © VDLG

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone