Huile d'olive et santé cardiovasculaire : des effets notables

Huile d’olive et santé cardiovasculaire

Etudes expérimentales

Dans l’étude expérimentale PREDIMED en Espagne, sur 6700 participants suivis près de 5 ans, le groupe assigné à l’huile d’olive réduit le risque de fibrillation atriale de 38% en comparaison du groupe témoin. La diminution de risque correspond à 10% par tranche de 10 g environ. Extravirgin Olive Oil Consumption Reduces Risk of Atrial Fibrillation The PREDIMED (Prevención con Dieta Mediterránea) Trial. Martínez-González MA et coll, 2014. Circulation, DOI: 10.1161/CIRCULATIONAHA.113.006921. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24787471

Dans cette étude expérimentale chez des hommes adultes, sur 3 semaines, les auteurs observent que la consommation de 25 ml d’une huile d’olive riche en polyphénols diminue le LDL cholestérol et son athérogénécité. Olive Oil Polyphenols Decrease LDL Concentrations and LDL Atherogenicity in Men in a Randomized Controlled Trial. Hernáez A et coll, 2015. J Nutr, doi: 10.3945/jn.115.211557. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26136585

Dans cette étude expérimentale européenne, sur 3 semaines, la consommation de 25 ml d’huile d’olive par jour est associée à une baisse de la pression artérielle systolique. Moderate Consumption of Olive Oil by Healthy European Men Reduces Systolic Blood Pressure in Non-Mediterranean Participants. Bondia-Pons I et coll, 2007. Journal of Nutrition, 137: 84–87, 2007. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17182805

Photo Pixabay – KRiemer

Dans cette étude expérimentale chez des patients coronariens, la prise d’huile d’olive vierge, 50 ml par jour, comparée à une huile d’olive raffinée, sur 3 semaines, réduit des marqueur de l’inflammation : interleukine 8 et protéine C réactive. Ces effets sont de nature à apporter un bénéfice cardiovasculaire. Anti-inflammatory effect of virgin olive oil in stable coronary disease patients: a randomized, crossover, controlled trial. Fito M et coll, 2008. Eur J Clin Nutr, DOI: 10.1038/sj.ejcn.1602724. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17375118

Suivi de populations

Dans ce suivi d’une population grecque, sur 10 ans (étude ATTICA), la consommation exclusive d’huile d’olive par les participants, comparée à une non utilisation, est associée à une baisse de risque de 93%  du risque de survenue de maladies cardiovasculaires. Cette baisse est liée en partie à une baisse du fibrinogène plasmatique. Olive oil consumption and 10-year (2002-2012) cardiovascular disease incidence: the ATTICA study. Kouli GM et coll, 2017, Eur J Nutr doi: 10.1007/s00394-017-1577-x. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29124386

Dans ce suivi d’une population espagnole, la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de maladies cardiovasculaire et de mortalité correspondante, chiffrées respectivement à 10 et 7% par tranche de 10 g par jour. Olive oil intake and risk of cardiovascular disease and mortality in the PREDIMED Study. Guasch-Ferré M et coll, 2014. BMC Medicine, doi: 10.1186/1741-7015-12-78 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24886626

Photo Pixabay – margareig

Dans ce suivi d’une population espagnole, la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de risque de maladies coronariennes de 7% par tranche de 10 g/j. Le lien est plus fort chez ceux qui n’ont jamais fumé (-11%), jamais fumé et sont consommateur d’un peu d’alcool (-25%), et pour l’huile d’olive vierge (-14%). Olive oil intake and CHD in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Spanish cohort. Buckland G et coll, 2012. British Journal of Nutrition  doi:10.1017/S000711451200298X. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23006416

Dans ce suivi d’une population grecque, la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de survenue des AVC, de 20% par incrémentation de 23 g/j. Relation of the Traditional Mediterranean Diet to Cerebrovascular Disease in a Mediterranean Population. Misirli G et coll, 2012. American Journal of Epidemiology, DOI: 10.1093/aje/kws205. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23186748

Dans ce suivi d’une population française sénior, la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de survenue de 41% des AVC entre forts et non-consommateurs. Olive oil consumption, plasma oleic acid, and stroke incidence. The Three-City Study. Samieri C et coll, 2011. Neurology doi: 10.1212/WNL.0b013e318220abeb. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21676914

Dans ce suivi de femmes italiennes, la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de risque de maladies coronariennes (type infarctus) de 44% entre consommations extrêmes (entre moins de 16 g et plus de 30 g). Fruit, vegetables, and olive oil and risk of coronary heart disease in Italian women: the EPICOR Study. Bendinelli B et coll, 2011. Am J Clin Nutr doi: 10.3945/ajcn.110.000521. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21177799

Photo Pixabay – werner22brigitte

 

Nov 2017 © VDLG

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
huile d'olive contre cancer du sein

Huile d’olive contre cancers

Cancer du sein

Dans cette étude expérimentale sur près de 5 ans, la consommation d’un régime méditerranéen orienté huile d’olive réduit le risque de cancer du sein de 68%, la baisse est de 41% pour ce régime orienté noix, en comparaison d’un régime limité en graisse. Mediterranean Diet and Invasive Breast Cancer Risk Among Women at High Cardiovascular Risk in the PREDIMED Trial. A Randomized Clinical Trial. Toledo S et coll, 2015. JAMA Intern Med. doi:10.1001/jamainternmed.2015.4838. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26365989

Dans cette étude comparant des femmes atteintes de cancer du sein à des femmes témoins en France, l’huile d’olive est associée à une baisse de risque de la maladie. Dietary factors and breast cancer risk: a case control study among a population in Southern France. Bessaoud F et coll, 2008. Nutr Cancer, 60:177-87. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18444149

Dans cette étude comparant des femmes atteintes de cancer du sein à des femmes témoins aux Iles Canaries, l’huile d’olive est associée à une baisse de risque de la maladie de 73% entre faibles (moins de 8,8 g/j) et fortes (plus de 8,8) consommations. Olive oil consumption and risk of breast cancer in the Canary Islands: a population-based case-control study. 2006, Public Health Nutr. 9(1A):163-7. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16512965

Dans ce suivi d’une population européenne, la consommation d’huile d’olive n’est pas liée à la survenue du cancer du sein en général. Olive oil intake and breast cancer risk in the Mediterranean countries of the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition study. Buckland G et coll, 2012. Int J Cancer, DOI: 10.1002/ijc.27516. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22392404

Dans cette étude comparant des femmes atteintes de cancer du sein à des femmes témoins en Italie, l’huile d’olive est associée à une baisse de risque de la maladie de 13% entre fortes et faibles consommations. Olive oil, other dietary fats, and the risk of breast cancer (Italy). la Vecchia C et coll, 1995. Cancer Causes Control. 6:545-50. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8580304

huile d'olive

Photo Pixabay – congerdesign

Dans cette étude comparant des femmes atteintes de cancer du sein à des femmes témoins en Grèce, l’huile d’olive est associée à une baisse de risque de la maladie, -25% pour un usage de plus d’une fois par jour comparé à une fois. Consumption of olive oil and specific food groups in relation to breast cancer risk in Greece. Trichopoulou A et coll, 1995. J Natl Cancer Inst, 87:110-6. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7503842

Dans cette étude comparant des femmes atteintes de cancer du sein à des femmes témoins en Espagne, l’huile d’olive est associée à une baisse de risque de la maladie, de 34% entre fortes et faibles consommations, et de façon proportionnelle. Dietary fat, olive oil intake and breast cancer risk. Martin-Moreno JM et coll, 1994. Int J Cancer, 58:774-80. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7927867

Autres cancers

Dans cette analyse d’études, les auteurs relèvent que la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de survenue des cancers dans leur ensemble, quel que soit le pays d’étude (méditerranéen ou non), et plus particulièrement du cancer du sein et des cancers digestifs. Les composés efficaces pourraient être les graisses mono-insaturées ou les antioxydants. Olive oil intake is inversely related to cancer prevalence: a systematic review and a metaanalysis of 13800 patients and 23340 controls in 19 observational studies. Psaltopoulou T et coll, 2011. Lipids Health Dis. doi: 10.1186/1476-511X-10-127. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21801436

Dans cette étude comparant des patients atteints de cancers des voies aérodigestives supérieures à des témoins, la consommation d’huile d’olive est liée à une diminution de risque. Diet and upper-aerodigestive tract cancer in Europe: The ARCAGE study. Lagiou P et coll, 2009. doi: 10.1002/ijc.24246. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19230023

De cette revue d’études, les auteurs relèvent que la consommation d’huile d’olive est associée à une baisse de risque des cancers du sein, et des voies aero-digestives supérieures, voire d’autres. Olive oil and cancer risk: an update of epidemiological findings through 2010. Pelucchi C et coll. 2011. Curr Pharm Des, 17:805-12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21443483

Juin 2017 © VDLG

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone