Statines, maladies cardiovasculaires… et hygiène de vie

Un rapport récent de l’Académie Nationale de Médecine a fait un point sur « Efficacité et effets indésirables des statines : évidences et polémiques ».
  • Il rappelle l’efficacité des statines, avec l’évitement de 14% des accidents cardiovasculaires chez des personnes traitées à très haut risque, pour une baisse de 0,77 g/l de cholestérol LDL-c.
  • Il questionne l’intérêt de ce traitement chez les personnes à faible risque, et indique que chez celles à risque intermédiaire, la décision est à prendre au cas par cas, conformément aux recommandations internationales.
  • Il alerte sur les risques importants d’interrompre ce traitement chez les patients qui ont déjà eu un accident cardiovasculaire majeur et également, dans une moindre mesure, en cas de risque cardiovasculaire intermédiaire.

Photo Pixabay – Myriams-Fotos

Le risque ici s’apprécie par un calcul à partir de l’outil SCORE, combinaison : du tabagisme (ou pas), du taux de cholestérol total, du niveau de la pression artérielle systolique, de l’âge et du sexe.

Tous les moyens reconnus comme bénéfiques et correctement évalués sont bons pour éviter les maladies cardiovasculaires.

Il est important de remettre aussi en perspective l’importance majeure de l’hygiène de vie dans la prévention de ces maladies, d’impact très élevé.
  • Baisse de survenue de 30% des maladies cardiovasculaires dans une étude expérimentale en Espagne, chez des personnes à risque cardiovasculaire élevé par la consommation d’une alimentation méditerranéenne riche en huile d’olive. Ce comparé à un régime restreint en graisses.
  • Dans une étude expérimentale française, chez des personnes ayant eu un premier infarctus, un régime méditerranéen riche en oméga 3 végétal ALA réduit la survenue d’infarctus et la mortalité cardiaque de 73%.
  • Diminution de risque de 46% pour les événements coronariens chez des personnes génétiquement prédisposées, grâce à une bonne hygiène de vie, comparée à l’absence de  ce mode de vie protecteur. La bonne hygiène de vie se définit par 3 critères parmi : 1- pas de tabagisme, 2- pas d’obésité, 3- activité physique régulière et 4-alimentation favorable).

Photo Pixabay – pasja1000

  • Les chercheurs de la Harvard School of Public Health et leurs collègues évaluent, quant à eux, à 73% les cas de maladies coronariennes liés à un style de vie défavorable (tabagisme, surpoids/obésité, sédentarité, alimentation déséquilibrée, consommation d’alcool excessive ou nulle), au sein d’une population féminine aux USA. (suivi de population).
  • En Suède, dans une population masculine présentant des facteurs de risque cardiovasculaires, 5 facteurs d’hygiène de vie sont hautement protecteurs contre les accidents vasculaires cérébraux. Ceux qui ont les 5 facteurs de protections, comparés à un seul ou aucun, abaissent leur risque d’AVC de 78%. Ces 4 facteurs sont : 1- une alimentation favorable, avec au moins 5 fruits et légumes par jour et moins de 30 g de charcuteries, 2- pas de tabagisme, 3- 150 mn par semaine d’activité physique, 4- un poids normal, 5- une faible consommation d’alcool (entre 1 et 30 g par jour). (suivi de population).
Les aliments contre les maladies cardiovasculaires

Photo Pixabay – Cattalin

Pour n’en citer que quelques exemples…

Certes les études expérimentales en alimentation et santé ne peuvent être réalisées en double aveugle, puisqu’on ne peut mettre un régime alimentaire dans une gélule ; et les études de suivi de population (prospectives) sont, par essence, sujettes à biais. Mais l’impact du mode vie sur les maladies cardiovasculaires fait l’objet de très nombreuses publications internationales convergentes, issues d’équipes de recherche parmi les plus reconnues. Et leurs effets protecteurs sont, immanquablement, de grande ampleur.

Les débats sur maladies cardiovasculaires et statines, même s’ils sont  importants, ne doivent pas éclipser les bénéfices d’une bonne hygiène de vie contre ces maladies.

Ces bienfaits ne sont pas encore suffisamment intégrés dans la population, qui dans l’ensemble sous-estime leur importance. Une priorité est bien de les réexpliciter.

Photo Pixabay – suju

Références

Efficacité et effets indésirables des statines : évidences et polémiques. Komadja M et coll. Rapport de l’Académie Nationale de Médecine, adopté le 22 Mai 2018. http://www.academie-medecine.fr/efficacite-et-effets-indesirables-des-statines-evidences-et-polemiques/

Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. Estruch R et coll, 2013. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMoa1200303. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23432189

Mediterranean alpha-linolenic acid-rich diet in secondary prevention of coronary heart disease. de Lorgeril M et coll, 1994. Lancet, 343:1454-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7911176

Genetic Risk, Adherence to a Healthy Lifestyle, and Coronary Disease. Khera AV et coll, 2016. N Engl J Med. DOI: 10.1056/NEJMoa1605086. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27959714

Healthy Lifestyle in the Primordial Prevention of Cardiovascular Disease Among Young Women. Chomistek AK et coll, 2015. J Am Coll Cardiol. DOI : 10.1016/j.jacc.2014.10.024. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25572509

Primary prevention of stroke by a healthy lifestyle in a high-risk group. Larsson SC et coll, 2015. Neurology, doi: 10.1212/WNL.0000000000001637. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25934859

© VDLG Juin 2018

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Le vieillissement réussi

En un clin d’œil

Préserver sa qualité de vie au cours du vieillissement est essentiel.

OBJECTIF : éviter l’apparition des grandes maladies, conserver ses capacités intellectuelles, ne pas avoir de handicap ou de douleurs invalidantes, avoir une bonne vie sociale.

LES CLES ?

  • Une bonne alimentation, de type méditerranéen,
  • De l’exercice physique,
  • Des activités intellectuelles, dont l’utilisation d’un ordinateur ou des travaux manuels ;
  • Ajoutons aussi la pratique du Tai Chi, de la méditation, du yoga ;
  • Ecouter de la musique, aller au cinéma, au théâtre.
  • Et bien sûr, les relations sociales restent essentielles au bien vieillir.

Photo Pixabay – pasja1000


près de 20 années de bien-être à gagner

L’espérance de vie est aujourd’hui à 85 ans chez les femmes et 79 chez les hommes. Elle s’est beaucoup allongée ces dernières années, même si elle semble marquer le pas depuis peu. Mais allongement de la durée de vie doit aussi rimer avec qualité et bien-être. Or, l’espérance de vie en bonne santé n’est que de 64 ans chez les femmes et 62 chez les hommes. Alors comment conjuguer âge avancé et bonne santé ?

Photo Pixabay – Angela_Yuriko_Smith

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

De la malbouffe, vraiment ?

5 aliments qui ressemblent à de la malbouffe mais n’en sont pas

En un clin d’œil

Certains aliments sont riches en graisses saturées ou en sucres ajoutés et donc, en excès, sont déséquilibrants. Pourtant, en quantité raisonnables, ils sont bons (et même particulièrement bons) pour la santé : leurs bénéfices apparaissent dans des études d’observations, ou même expérimentales. En fait, s’ils sont gras ou sucrés, ils sont aussi naturellement riches en vitamines, minéraux et antioxydants. Et en bilan, les aspects positifs prennent le pas sur les autres. Attention tout de même aux excès. Au palmarès :

  • le chocolat pour ses flavonoïdes antioxydants et ses bénéfices sur le cœur et les fonctions intellectuelles, malgré l’apport en sucres et en graisses saturées ;
  • les cacahuètes, pour leur apport nutritionnel et la qualité de leurs matières grasses, favorables pour le cœur et la régulation de la prise alimentaire, malgré le niveau calorique ;
  • le café, auquel on a attribué à tort les effets néfastes du tabac, café et tabac étant souvent consommés ensemble. Or le café est favorable pour le foie et contre le diabète ;
  • une pizza type napolitaine, avec de l’huile d’olive, de la sauce tomate, du basilic, de la mozzarelle. C’est une source importante d’antioxydants comme le lycopène (des tomates), et en Italie elle est associée à de nombreux bénéfices santé.
  •  la mayonnaise aux huiles de colza ou d’olive, pour les bénéfices apportés par ces huiles.
chocolat, des bénéfices

Photo Pixabay – dj_fat


Le chocolat

L’aliment des paradoxes

Le chocolat noir est riche en graisses saturées et en sucres ajoutés. Pour 20 g (1/5ème de tablette), et 5% des calories du jour, ces apports atteignent 18 et 11% des limites quotidiennes, respectivement.

Malgré cela, le chocolat est associé à une diminution du risque d’infarctus, d’AVC, de la mortalité cardiovasculaire. Il améliore la circulation et la pression artérielles, et la fluidité sanguine. Les doses retrouvées comme efficaces vont de 6 à 100 g par jour. A un moindre degré, le chocolat au lait est lui aussi favorable. Le tout grâce à ses flavanols, puissants antioxydants et vasodilatateurs.

Autres bonnes nouvelles

Les graisses saturées du chocolat sont en grande partie neutres sur le cholestérol sanguin (acide stéarique). Au rang des bénéfices, ajoutons encore une amélioration des performances intellectuelles et un ralentissement du déclin cognitif : de quoi déculpabiliser … Le prix à payer ne serait-il pas une augmentation de risque de diabète ? Non, ici aussi, une prise modérée réduit même la survenue de cette maladie, chez les personnes de moins de 65 ans. Le chocolat améliore la résistance à l’insuline.

Alors peut-on se lâcher sur le chocolat ?

Photo Pixabay – ulleo

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Les puissants effets du régime méditerranéen


En un clin d’œil

Le régime méditerranéen présente de puissants effets contre les maladies cardiovasculaires, le cancer du sein, la maladie d’Alzheimer et les troubles cognitifs, le diabète et la dépression. En outre, il améliore la longévité. Un bon suivi pourrait réduire l’apparition de nombre de ces maladies de plus de 50%.

Le régime méditerranéen, c’est quoi ? Pour citer les grandes lignes, fruits et légumes, huile d’olive et poisson au premier chef ; épices et herbes aromatiques, légumineuses et céréales complètes, noix et les graines. Ajoutons les produits laitiers maigres, une consommation modérée de vin (et modérée seulement) si l’habitude existe déjà. Enfin en négatif, les sucres ajoutés et graisses saturées doivent être limités.

La force de cette alimentation est encore trop sous-estimée. Une meilleure prise de conscience pourrait mieux combattre des fléaux de santé publique, pour lesquels les traitements disponibles sont encore insuffisants.

L'huile d'olive, un élément clé du régimeméditerranéen

Photo Pixabay – greekfood-tamystika


Cœur et alimentation : à la découverte des différences à travers le monde

L’idée d’un régime méditerranéen protecteur est venue après avoir observé que la mortalité par infarctus était particulièrement basse dans des pays riverains de la Méditerranée.  L’étude avait été réalisée dans les années 50 en comparant  Grèce, Croatie, Italie aux Pays-Bas, Etats-Unis et Finlande.   Plus tard, à la fin des années 80, une équipe française eût l’idée d’évaluer le régime méditerranéen en traitement après un premier infarctus. Résultats : une protection spectaculaire, nous y reviendrons. Depuis une dizaine d’années, les observations se sont accumulées sur les multiples bénéfices de ce régime méditerranéen ; plus récemment, une importante étude expérimentale en Espagne a confirmé à nouveau de nombreux effets favorables.

Le régime méditerranéen : des bénéfices validés dans le monde entier

Photo Pixabay – Geralt

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Le cancer du sein : Que peut-on faire pour l’éviter ?


En un clin d’œil

Avons-nous une marge de manœuvre contre le cancer du sein ? Des effets considérables sont relatés par une bonne alimentation, et plus encore avec une bonne hygiène de vie. Une étude expérimentale a montré une diminution substantielle de survenue de la maladie de 68% pour une alimentation de type méditerranéen, en comparaison d’un régime limité en graisses.

Une bonne activité physique, quant à elle, apporterait une réduction de 15 à 20%.

Selon l’ensemble des recherches disponibles, le suivi d’un régime favorable avec de l’activité physique est associé à une baisse de risque de 20 à 60%, en comparaison  à un mode de vie opposé.

Le maintien d’un poids normal et l’absence de tabagisme jouent aussi un rôle.

Ne manquez pas : les carottes, les salades, les choux, les tomates, l’huile d’olive, le poisson et d’autres encore, et bougez un peu !

Photo Pixabay – Mitaukano

 


Ce qui est en notre pouvoir

La fréquence du cancer du sein augmente actuellement, notamment avant la ménopause. Si quelques hypothèses sont avancées pour comprendre pourquoi, qu’avons-nous aujourd’hui en notre pouvoir pour réduire le risque général de cette maladie ?

Certes, aucune mesure de protection n’apporte de garantie absolue : il s’agit d’une diminution de risque. Les causes de la maladie sont multiples, intriquées : génétiques, environnementales (aliments favorables ou non, polluants) ; elles sont influencées par des facteurs personnels (activité physique, poids,  maternité, allaitement, âge des premières règles et de la ménopause…), et tous agissent de concert. Bien évidemment on peut agir sur certaines causes mais pas sur d’autres, notamment génétiques. Le point sur les études nutritionnelles et d’hygiène de vie aux résultats convergents.

Une alimentation favorable, de l’activité physique, un poids normal et l’absence de tabagisme sont protecteurs.

Huile d'olive contre cancer du sein

Photo Pixabay – Couleur

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Peut-on réduire le risque de maladie d’Alzheimer avec l’alimentation ?


En un clin d’œil

Baisse du risque de survenue de la maladie d’Alzheimer de 35 à 90% ; diminution du risque de déclin cognitif de 66% sur 6 ans, amélioration de tests de mémoire : c’est ce que montrent des expérimentations et observations récentes, avec une alimentation méditerranéenne. Les chercheurs « traquent » les aliments efficaces, établissent des listes et montrent des effets… de rajeunissement. Prenez-en connaissance, pour en profiter !

L'alimentation, un atout santé pour le cerveau

Photo Pixabay – mypod

 


En France, on estime à 1,3 millions le nombre de personnes atteintes en 2030. Hormis son coût considérable pour la société, c’est une cause majeure de handicap et de mortalité. A ce jour, aucun médicament ne s’est avéré réellement efficace. Et pourtant, il est possible de réduire le risque d’en être atteint.

D’où vient cette maladie ?

 Aujourd’hui, on ignore pourquoi et comment elle se déclare ; elle est favorisée par certains gènes, mais leur rôle est loin d’être absolu. Elle pourrait partager des facteurs de risque communs avec les maladies cardiovasculaires. L’alimentation joue un rôle important.

En vieillissant, des « troubles cognitifs légers » peuvent se produire ; ils se stabiliseront le plus souvent, mais évoluent quelquefois vers une maladie d’Alzheimer. Les chercheurs s’y intéressent comme une cible de traitement ou de prévention des troubles intellectuels en général.

Pas totalement impuissants

 Avec une alimentation méditerranéenne, le déclin cognitif ralentit (par exemple, diminution du risque de déclin cognitif de 66% sur 6 ans ½), et les scores des tests  neuropsychologiques s’améliorent : c’est ce que montrent des études expérimentales, et beaucoup d’observations. On relève aussi des diminutions de risque de maladie d’Alzheimer de 35 à 90% dans les études d’observations, entre faibles et fortes adhésions à ce régime.  Les études ne montrant pas d’effets sont rares. Le régime méditerranéen semble aussi réduire l’atrophie cérébrale liée à l’âge.

Lire la suite

Partagez avec vos amis...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone